moussi La Dame de fer Tunisienne



Abir moussi

La Dame de fer Tunisienne

Actuellement Présidente du PDL, parti destourien libre, ex égérie du Président Zine El Abidine Ben ALI, avocate, elle fait campagne pour atteindre les plus hautes responsabilités Tunisiennes. Destourienne libre. Juste après la chute de l’ancien régime, Abir Moussi  se fait remarquer lors d’un procès, en Mars 2011, pour la dissolution du Rassemblement Constitutionnel Démocratique, dont elle était secrétaire générale adjointe ( RCD), bureau directionnel, qu’ elle a décidé  de représenter.

Malmenée, insultée, elle a tenu la dragée haute , devant les insultes et les coups d’une foule en délire.

Abir Moussi est  née en 1975 à Jemmal(Tunisie) d’un père(originaire de Béja) travaillant à la sûreté nationale et d’une mère institutrice. Elle est mariée et mère de deux filles.

Elle mène avec succès des études  dont elle a choisi l’orientation, en 1997, elle est reçue Première au concours Capa sur 5000 candidats. Elle décide avec obstination de prendre  cette de direction, ses parents voulaient qu’elle soit médecin. Elle veut atteindre les sommets et comme Bourguiba dont elle a la photo vêtu de la robe d’avocat,  ne supporte aucune influence et poursuit ses idées vers le chemin auquel elle se destine. Poursuivre la voie de Bourguiba et atteindre les sommets de l’Etat.

Titulaire d’une maîtrise en droit et d’un DEA en droit économique et en droit des affaires, elle devient avocate au barreau de la Cour de cassation.  Elle est par ailleurs :

Vice-présidente de la municipalité de l’Ariana,

Présidente du comité du contentieux

Membre du forum national des avocats du RCD

Secrétaire générale de l’Association tunisienne des victimes du terrorisme.

Décorée par Ben Ali comme Officier de l’ordre de la République

Suite à la chute du régime du président Zine el-Abidine Ben Ali et à la dissolution du RCD en 2011, Abir Moussi rejoint le Mouvement destourien fondé par l’ancien Premier ministre Hamed Karoui. 

Elle ne cesse de se démarquer et fidèle a Ben Ali , telle une lionne, elle fonce audacieusement , la tête la première face à tous ceux qui l’attaquent ou évoquent l’ancien régime.  Elle est souvent insultée, harcelée, mais garde la tête haute et telle un félin  réagit avec force et vigueur.  Elle veut absolument dénoncer tout ce qui lui déplait notamment les trahisons politiques (plusieur RCDistes ont tourné leurs vestes et se sont  alliés à d’autres mouvements, notamment Elnahdha), et les opportunistes qui n’hésitent pas à déblatérer sur l’ancien régime. Elle se dit , fille et fidèle du « Zaïm » Bourguiba et voulant suivre sa voie.

Le 13 août 2016, Moussi est nommée présidente du Mouvement destourien rebaptisé en

Parti destourien libre(PDL).

Interviewée par Jeune Afrique elle dit « 

: C’est un honneur, car le PDL est l’héritier légitime du mouvement destourien qui a libéré la Tunisie, construit un État moderne et imposé dès l’indépendance les droits de la femme avec la promulgation du code du statut personnel. Bourguiba considérait la femme tunisienne comme un pilier essentiel de l’État. »

Abir Moussi, est foncièrement  hostile à l’égard du mouvement islamiste .La constitution de 2014, est semble t’elle archaïque  et ne peut aider le pays à avancer. Elle ne veut absolument pas lâcher prise et obstinée poursuit sa lutte avec certains dignitaires de l’ancien régime.

Elle  se dit opposée à l’égalité dans l’héritage et à la dépénalisation de l’homosexualité.

Elle est la bête noire des principaux partis, elle est donnée dans la plupart des sondages aux éléctions législatives et présidentielles et fait de l’ombre .  les attaques ne cessent de fuser contre elle.

Son programme tranche avec celui des autres formations politiques et elle reconnaît ses travers, ses positions rigides et son franc parler.

Appréciée et contestée, elle n’a de cesse de parcourir la Tunisie de long en large pour porter la bonne parole.
Avec une gouaille parfois qui ressemble à certains RCDistes, elle

Alpague les foules et réussit à les convaincre et les faire adhérer à ses positions.

Certains la traitent de despote autoritaire qui tient absolument au pouvoir. D’autres vantent sa fidélité à l’ancien régime et son jusqu’auboutisme.

Abir Moussi (PDL) a annoncé dimanche 9 juin 2019 lors d’un meeting populaire à Kairouan que son parti est présent dans toutes les régions du pays et que 30 000 tunisiens adhèrent à celui ci. Elle confirme par ailleurs que son parti le PDL participera aux prochaines élections avec ses propres listes. Elle a précisé que si son parti gagne les élections, le prochain gouvernement sera “sans islamistes”. Elle annonce » la fin de l’horrible cauchemar islamiste ».

Candidate aux élections présidentielles, elle revendique l’héritage de l’ex RCD et insiste sur l’exclusion du mouvement el Nahdha.

La liste définitive des candidats retenus pour cette présidentielle sera close le 31 Août.

A partir du 2 au 13 Septembre 2019, la campagne pour les élections présidentielles battra son plein. Et elle est prête et convaincue.

Le 15 Septembre les électeurs se rendront aux urnes. La campagne électorale commencera  et le 17 Septembre les résultats seront diffusés. La date du deuxième tour éventuel n’a pas encore été précisée…

Le Parti Destourien Libre, dirigé par Abir Moussi, marque fortement son hostilité à l’égard du mouvement islamiste; il s’élargit de plus en plus  .

La popularité de Abir Moussi découle de sa critique de l’ordre politique post-2011 représenté par la Constitution de 2014, qui, selon elle, n’aide pas le pays et le mobilise en rendant impossible une bonne gouvernance.

la crise économique en Tunisie qui sévit en Tunisie empêche l’avancée de celle-ci .

La dette publique est en pleine croissance et l’inflation sévit.

Classé mouvement d’extrême droite, premier mouvement non religieux, ultranationaliste, mais conservateur social focalisé sur la transition démocratique.

Elle clame sa fidélité à Bourguiba, minimisant son engagement total pour Ben Ali. Elle récupère tous ceux qui commencent à regretter les années avant 2011.

Sa facilité à la prise de parole en public, ses déplacements dans toutes les contrées tunisiennes, lui permettent de récupèrer des voies et pèse sur le débat politique. Elle joue sur sa popularité et son discours spontané , courageux. Elle s’adresse aux tunisiens de tout bord avec la même gouaille et l’aplomb qu’on lui connaît.

Les jets de pierre, les insultes et menaces qu’elle reçoit dans certains villages (ex sidi bouzid) l’atteignent émotionnellement mais même choquée, elle persiste et poursuit dans sa lancée, haranguant la foule et les menaçant.

Abir Moussi a préparé avec ses collaborateurs une version nouvelle de la constitution différente de celle adoptée par l’Assemblée Nationale Constituante et assure que les Destouriens adhèreront à son projet et vont revenir en force.

Elle avance sa crainte que les élections soient truquées comme celles de 2011 et 2014, accusant ainsi les partis gagnants d’avoir acheté des voix. Elle clame fort que son parti sera bien positionné et qu’il ne permettra en aucun cas que le scénario précédent se renouvelle.

Abir Moussi réfute totalement  l’Islam Politique de El nahdha de ces dernières années.

Stoîque, convaincue de la victoire de son parti, elle continue à s’exprimer dans tous les médias et à travers les tournées qu’elle continue à poursuivre  dans la Tunisie profonde.

Elle demeure dans les sondages et autres suppositions comme la candidate potentielle à la magistrature suprême parmi les cinq  candidats revendiqués.

Mahbouba ben Slimane

Share this post

No comments

Add yours