Sinda Mahbouli : Un voyage haut en couleurs vers la réuss.



Sinda Mahbouli : Un voyage haut en couleurs vers la réussite.

Issue d’une famille modeste, Sinda Mahbouli obtient son diplôme de nutritionniste en 2007, à l’École Supérieure des sciences et des techniques de la santé. Quelques mois plus tard, elle décroche son premier poste de nutritionniste au sein du laboratoire Vital Santé à Tunis où elle exercera pendant un an.
Ambitieuse dans l’âme, Sinda décide de reprendre les études et de tenter sa chance sous d’autres cieux.
En 2008, un nouveau départ s’annonce pour la jeune femme qui atterrit à Clermont-Ferrand, ville foncièrement renommée pour la qualité de ses centres de recherche en nutrition.
En 2009, l’aventure se poursuit à Paris où Sinda réussit son Master de recherche en Nutrition, Signalisation et Métabolisme à l’Université Paris Diderot.
En novembre 2011, la jeune femme, qui a toujours vu la vie en grand, entreprend une thèse de doctorat à Clermont-Ferrand, et ce grâce à la bourse d’innovation, qui lui a été octroyée par la région Auvergne.
Après quatre ans de recherches et de labeurs, jalonnés par la participation active de la jeune chercheuse à la vie associative, qui visait essentiellement la promotion de la culture tunisienne en France, Sinda soutient sa thèse avec brio le 9 septembre 2015. Le rêve devient enfin réalité : Sinda Mahbouli est officiellement docteure ès sciences. La réussite et le succès ouvrent grand leurs portes, les opportunités prolifèrent, mais Sinda opte pour l’innovation et choisit de se lancer dans une jeune start-up “Fablife” où une équipe de jeunes chercheurs dont la jeune Tunisienne, travaille sur un programme de nutrition personnalisé basé sur l’intelligence artificielle, un programme qui prend en compte les données génétiques et phénotypiques des patients. Le premier programme de nutrition personnalisé en France !
Aujourd’hui, Sinda est installée à Paris, elle rayonne, épanouie dans sa vie professionnelle, fière de ses choix et de sa volonté de fer.
La jeune femme, aux talents divers et variés, chante aussi dans la chorale de Maalouf Tounes à Paris depuis 3 ans. Une association-chorale qui tend à mettre en lumière le patrimoine musical tunisien.
À l’heure actuelle, Sinda a une pensée particulière à son pays natal, un pays qu’elle dit plein de potentiel; qui a besoin d’une restructuration totale de l’Éducation, de la Santé et de l’infrastructure pour encourager les investisseurs étrangers.
La jeune docteure pointe du doigts les failles dont souffre le secteur de la Santé en Tunisie, un secteur qui lui tient particulièrement à cœur.

“la santé, en Tunisie, me préoccupe énormément. Aujourd’hui, 30% des mortalités sont dues aux maladies non transmissibles comme le diabète, l’obésité, le cancer, l’insuffisance rénale… Ce qui est vraiment alarmant ! On peut très bien prévenir l’apparition de ces maladies par le biais de la prévention et de la sensibilisation sur la mauvaise alimentation, les bienfaits de l’activité physique…”

Confiante malgré les conjonctures actuelles, Sinda rêve d’un avenir meilleur pour la terre de ses aïeux.

Écrit par Chaïma BEN GARA

Share this post

No comments

Add yours